Souffle.ca
Couleurs de saison

Vous êtes ici: Accueil > Récits de vie
Retour à la page d'accueil
Retour à la section Récits de vie


Témoignage de Sr. Marielle Baril s.a.s.v.
Messe de la « Vie consacrée »
Récits de vie
2 mars 2009

Version imprimable  Version imprimable

par Sr. Marielle Baril s.a.s.v.

Dans le cadre de la journée mondiale de la vie consacrée, le 1er février dernier, Sr. Marielle Baril, s.a.s.v., nous a offert ce beau témoignage pendant la célébration qui se déroulait à la cathédrale de Nicolet.

Pour lire des extraits de l'homélie prononcée par Mgr St-Gelais à cette occasion et pour voir quelques photos, visitez le site du diocèse de Nicolet.

Je vais vous partager très simplement ce qui a contribué à éveiller en moi le désir de devenir religieuse, de consacrer ma vie au Seigneur.

  1. Dans ma famille, j’ai appris de mes parents à faire confiance au Bon Dieu toujours présent dans nos petits et grands besoins. J’ai appris à le prier, à prier Marie, en famille par le chapelet et cela quotidiennement. J’ai appris les valeurs de partage, de pardon et d’entraide. J’ai vu mes parents vivre cela. Il y a là une question de transmission de la foi très importante.

  2. Des leçons de catéchisme (des catéchèses) qui m’ont touchée, qui m’ont remué le cœur, qui m’ont fait connaître Jésus et sa mission d’amour. Connaissance.

  3. L’engagement dans les mouvements d’Action catholique. JEC – Congrégation mariale. Un Engagement qui ouvre à plus grand que soi.

  4. Lorsque j’ai été pensionnaire, j’ai vu des Sœurs données pour les jeunes et heureuses, je les observais. Témoignage.

  5. Un jour, une interpellation directe de la part d’une Sœur professeur qui me dit : « Marielle as-tu déjà pensé à devenir religieuse? » Interpellation.

Témoignage de Sr. Marielle Baril, s.a.s.v.Évidemment, je n’ai pas répondu tout de suite, car ce qui monte en premier, ce sont les hésitations, les peurs devant les détachements à faire, mais dans le fond de mon cœur, il y avait une attirance, je pense que Dieu procède souvent comme ça.

Une attirance… un désir de donner ma vie au Seigneur, aux autres, et une attirance pour l’enseignement. Une phrase me revenait souvent au retour de soirées dans ma jeunesse : « Tout passe, Dieu seul demeure » (une image que j’avais reçue sur laquelle était écrite cette phrase) Phrase qui était un appel à centrer ma vie sur l’essentiel, sur ce qui demeure.

En jetant un regard sur le chemin parcouru depuis mon entrée au début des années 60, ce qui monte de mon cœur, c’est un élan d’action de grâce.

Merci Seigneur, tu m’as fait un beau cadeau en m’appelant à la vie consacrée dans la Congrégation des Sœurs de l’Assomption. Oui, c’est un don gratuit à la personne qui s’y engage, à l’Église et au monde. Un don à accueillir et à vivre au jour le jour avec ses exigences… il y a eu des « oui » difficiles à dire parfois. C’est un chemin de croissance humaine et spirituelle.

Au long des ans la vie consacrée a changé de visage, les SASV ont changé de look. Il y a eu Vatican II, le synode sur la vie consacrée… et l’adaptation continue des Congrégations par les chapitres généraux… Mais, ce qui est essentiel dans la vie consacrée demeure, quelle que soit la forme, quelle que soit l’époque où elle se vit.

Choisir la vie consacrée en 2009, c’est encore choisir de s’attacher au Christ sans partage, s’attacher au Christ au point de vouloir être-avec-lui pour partager sa mission. Ce qui se traduit comme suit pour les Sœurs de l’Assomption : « Avec Marie, la Vierge de l’Assomption, tout miser sur Dieu dans la foi en la Providence pour révéler son amour dans l’éducation » Faire de ce projet le tout de notre vie c.-à-d. y engager tout mon être, tout ce que je suis…

Et par quels moyens choisissons-nous de vivre cette consécration? Par les moyens des Conseils évangéliques : Vœux de pauvreté, chasteté et obéissance et la vie communautaire.

Pour ma part, j’ai vécu la mission d’éducation de la Congrégation dans l’enseignement, l’animation communautaire, longtemps dans l’Abitibi. Vous savez, éduquer, c’est très large, c’est faire grandir l’autre, lui permettre de s’épanouir, de développer toutes ses potentialités.

Depuis quelques années, je suis ici à Nicolet Directrice du Centre de Prière au 160 rue du Carmel. Un lieu de silence, de prière, de ressourcement, d’accompagnement. Des personnes de partout arrivent désireuses de se retrouver dans le silence, désireuses de faire le plein de Dieu.

Aujourd’hui
La moyenne d’âge des sœurs est assez élevée, et il y en a moins, mais ce qui s’est développé depuis une vingtaine d’années c’est la Communauté des associés… des laïcs qui veulent vivre la spiritualité de la Congrégation et le projet de révéler son amour dans leur vie quotidienne.

Aujourd’hui
Il y a encore des jeunes et des moins jeunes désireux(ses) de donner leur vie de s’engager avec Jésus pour les autres… j’en connais. L’Esprit Saint est toujours à l’œuvre. Le psaume que nous venons de chanter invite à l’écoute : « Aujourd’hui ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur ».

« Aujourd’hui, même si le nombre de religieuses et religieux a diminué, même si leur présence est moins visible, ils demeurent pour nous des témoins qui nous redisent la gratuité et la fidélité de l’amour de Dieu. Ils demeurent des témoins d’espérance, toujours attentifs à lire les signes des temps pour mieux répondre aux appels de l’Esprit et contribuer ainsi à l’avènement du Royaume de Dieu ».
Mgr Raymond St-Gelais


Services diocésains de Nicolet, 49, rue Mgr-Brunault, porte A, Nicolet, Qc, J3T 1X7  Tél. : (819) 293-6871   Téléc. : (819) 293-8376
© 2003-2013 CECR Nicolet. Tous droits réservés.