Souffle.ca
Couleurs de saison

Vous êtes ici: Accueil > Récits de vie
Retour à la page d'accueil
Retour à la section Récits de vie


Un toit pour toi
Une visite chez les Beaudoin-Desrosiers (Drummondville)
Récits de vie
27 mars 2009

Version imprimable  Version imprimable

par Luc Benoit
Paroisse Bon-Pasteur

La famille Beaudoin-DesrosiersVue du chemin, elle apparaît cossue, discrète et secrète à la fois, un brin austère peut-être. Tel un monastère, on la dirait construite pour braver les années. Nichée parmi les arbres où elle est solidement enracinée, la maison des Beaudoin-Desrosiers recèle un trésor caché.

Quelques tours de roue sur le court sentier boisé qui y mène permettent de s’imprégner de l’ambiance naturelle et relaxante de ces arpents enchanteurs. On décompresse malgré nous. La porte de la voiture à peine fermée, celle de la maison s’entrouvre. Décidément, les visiteurs sont bienvenus ici. Sur le perron se profile la silhouette accueillante de France, la mère des 17 enfants handicapés vivant, ou ayant vécu, sous ce toit. Michel, son mari, ne tarde pas à venir nous rejoindre. La mignonne petite Clara, deux ans, se faufile entre ses parents pour électriser l’atmosphère de son plus beau sourire.

L’extérieur de la maison intrigue, l’intérieur impressionne. Les pièces sont immenses et dégagées; sept des enfants y circulent quotidiennement en fauteuil roulant. Le soleil baigne généreusement l’immense rez-de-chaussée abondamment fenêtré et décoré au goût du jour avec des matériaux solides et durables. Le calme, la sérénité et l’ordre règnent en ces murs. Le silence aussi. Paradoxal, tout de même.

Espiègle et charmeuse, Clara nous précède en sautillant dans la découverte de quelques autres membres de sa grande famille « reconstituée » : Caroline, Thomas, Joseph, Bryan-Antoine, Maxime (la tornade), Angélique, Camille, David, Vincent, Alexandre, Benjamin. Affichant son plus beau sourire, Vincent exhibe les innombrables médailles récoltées au fil des ans en natation. Camille, la très expressive et ricaneuse doyenne attire notre attention sur les photos de sa sœur Élizabeth et de son frère Jonathan décédés en bas âge.

En voyant quatre ou cinq garçons jouer ensemble à un jeu vidéo, je me suis aperçu que nous avons ici affaire à de « vrais adolescents ». Et que nous avons bien affaire à une « vraie famille » en entendant Michel, le père, confesser son impuissance face aux problèmes de connexion de ces appareils électroniques dernier cri… C’est rassurant, au moins sur ces deux points, la résidence de France et Michel ressemble à toutes les maisons de nos quartiers.

France affirme, les yeux taquins, que son seul critère de sélection pour adopter un enfant handicapé est qu’il soit beau. Ils sont beaux vos enfants France!... Ils sont tous beaux! Certains sont croches, tordus, souffrants; d’autres sont aveugles, sourds, maganés, mais tous sont beaux! Sous votre toit conjugal, ils trouvent la paix de l’âme, une famille aimante, un espace sécuritaire et apaisant, une oasis de fraîcheur et de tendresse dans leurs vies lourdement hypothéquées. En songeant à ta petite Angélique, la plus souffrante de vos chéris, je me surprends à penser que la Passion du Christ a duré trois jours; celle d’Angélique dure depuis sa naissance… Et pour combien de temps encore?

Chez les Beaudoin-Desrosiers, l’expression « empêcher la famille » prend un sens inédit. Depuis une trentaine d’années, par leur discret mais efficace engagement conjugal et diaconal, France et Michel « empêchent la famille » d’aujourd’hui de se recroqueviller sur elle-même et l’incitent à se dépasser en s’ouvrant à la vie et à la différence.


Services diocésains de Nicolet, 49, rue Mgr-Brunault, porte A, Nicolet, Qc, J3T 1X7  Tél. : (819) 293-6871   Téléc. : (819) 293-8376
© 2003-2013 CECR Nicolet. Tous droits réservés.