Souffle.ca
Couleurs de saison

Vous êtes ici: Accueil > Quel feu te fait vivre?
Retour à la page d'accueil
Retour à la section Quel feu te fait vivre?


Mère Émilie, quel feu te fait vivre?
Raconte-moi...
Quel feu te fait vivre?
15 janvier 2010

Version imprimable  Version imprimable

par Marijke Desmet

« Quel feu te fait vivre? Raconte-moi… » Voici une chronique qui remonte dans le temps, à la conquête du feu qui a fait vivre certaines figures marquantes de la foi chrétienne. Comme membres de l’équipe de Souffle.ca, nous plongerons tour à tour dans l’histoire de ces témoins, leur donnant ainsi de se raconter à vous. Cette chronique pourrait aussi s’intituler « À la recherche de l’espérance chrétienne » puisqu’à la fin de chacune, vous pourrez vous prêter avec nous à un essai de définition de cette espérance. Aujourd’hui, nous vous proposons l’expérience croyante d’Émilie Tavernier Gamelin, qui est la fondatrice des Soeurs de la Providence.

L’équipe de Souffle.ca

Mère Émilie, quel feu te fait vivre? Raconte-moi...

Ton histoire

À première vue, on dirait de ton histoire : Quel drame! Quelle tristesse! Que de pertes! Toi qui, quatre ans après ta naissance à Montréal en 1800, perdais ta mère, puis quelques années plus tard ton père, sans compter le décès de 9 de tes 14 frères et soeurs. Toi qui, moins de cinq ans après ton mariage avec Jean-Baptiste Gamelin en 1823, te retrouvais non seulement veuve mais aussi en deuil de tes trois enfants morts en bas âge.

Mais on pourrait dire aussi de ton histoire, Mère Émilie : Que d’amour! Que de compassion! Que de charité! Déjà avant ton mariage, alors que tu aidais ton frère devenu veuf, tu tenais à ce que la table soit toujours prête à accueillir les mendiants. Avec ton époux, cette amitié pour les pauvres se poursuivra.  Et plus tard, avec les ressources léguées par ton mari, et surtout avec tout le dévouement et la compassion qui te caractérisent, tu prendras soin d’abord d’un déficient intellectuel, et ensuite de tant d’autres personnes : malades, prisonniers, handicapés, démunis,  personnes âgées, etc.

Et enfin, on pourrait dire de ton histoire : Quelle force! Quelle influence! Quel impact! Car non seulement te dévoues-tu auprès des personnes dans le besoin, mais tu deviens « contagieuse » dans ce dévouement. D’autres femmes de ton entourage se joindront à toi dans tes oeuvres de charité. Et c’est ainsi que naîtront à Montréal, en 1843, les soeurs de la Providence, communauté qui, depuis ton décès en 1851, poursuit ton oeuvre dans plusieurs pays.

Mère Émilie

Mère Émilie Gamelin,
selon une sculpture que l’on retrouve dans le métro de Montréal

Ton feu
Alors que tu vivais le deuil de ton époux et de tes enfants, un prêtre t’a offert une image représentant Marie au pied de la croix. Cette image de la Vierge des Douleurs deviendra le modèle de ta vie. Auras-tu découvert en Marie et Jésus des personnes qui, pour les avoir eux-mêmes vécues, peuvent nous accompagner dans nos peines et nos souffrances? Toujours est-il que la méditation de cette image t’aura invitée non pas à te replier sur ta souffrance mais à te rendre attentive à celle des autres pour la soulager.

Tu brûleras donc du désir d’incarner la compassion, à l’image de Notre-Dame-des-Douleurs, tout en t’en remettant à la Providence en qui tu avais toute confiance.



 

 

 

Ton espérance, Mère Émilie?
On sent bien que ton espérance, elle avait des mains, des pieds, une bouche, une oreille, et surtout un coeur! Ton espérance, elle prenait forme concrète alors que tu cherchais constamment de nouveaux moyens de soulager les personnes dans le besoin. La maladie, la souffrance, la misère, la mort, rien de tout cela n’aura eu raison d’elle. Au fond, ton espérance ne se retrouve-t-elle pas dans les dernières paroles que tu as prononcées au moment de ta mort?  Humilité, Simplicité, Charité

Marijke Desmet


Réagissez à cet article

Qu’est-ce qui vous rejoint ou vous étonne de l’espérance de Mère Émilie?
Et vous, quelle est votre espérance?

Jean Courville, prêtre
2010-01-23

La vie, ça ne meurt pas... On ne peut pas tuer ce qui ne meurt pas... Mère Gamelin savait ça...; voilà pourquoi même avec toutes ces morts dans sa famille, elle n'a jamais cessé de croire en la vie et elle n'a jamais cessé de se donner pour que d'autres aient cette vie en abondance... Elle a rejoint dans sa vie ce que le Seigneur Jésus le Christ a donné comme exemple de vie : « Je suis venu pour qu'ils (NOUS) aient la vie en abondance.. » Jean Courville, prêtre : Neveu de Sr. Marie-Edmond s.p (1970). et bénéficiaire des Soeurs de la Providence par lesquelles j'ai pu faire mes études et ma formation vers le Sacerdoce (1955) : Diocèse de Valleyfield

Jeannine
2010-01-23

Je suis associée des Soeurs de la Providence depuis quelques années et j'ai une très grande admiration pour Mère Émilie Gamelin. Quelle femme de courage, de détermination, une foi à transporter les montagnes! Elle a eu tellement d'épreuves dans sa vie et elle n'a jamais lâché... Elle est demeurée fidèle jusqu'au bout du chemin! Je la prie chaque jour.

Thérèse Laquerre
2011-09-24

Aujourd'hui, le 24 septembre, fête de Mère Emilie, je veux la remercier de la vie afin que je puisse la donner aux autres. Cette femme extraordinaire à donné à notre CANADA cet esprit de compassion. JE VOUS VISITERAI BIENTÔT AVEC AMOUR. Thérèse LAQUERRE


Écrivez-nous...

Nom ou pseudo :

Mon commentaire :





 

Services diocésains de Nicolet, 49, rue Mgr-Brunault, porte A, Nicolet, Qc, J3T 1X7  Tél. : (819) 293-6871   Téléc. : (819) 293-8376
© 2003-2013 CECR Nicolet. Tous droits réservés.